Un soutien aux populations ROM de Carquefou

  • RomEurope

Bidonvilles : La maire de Carquefou demande expressément au préfet l’expulsion des familles roumaines migrantes installées, sans titre mais pas sans droits,  sur le site du moulin Boisseau.

Il s’agit d’environ 300 personnes dont 40% d’enfants qui ont trouvé refuge sur ce parking d’entrepôt à Carquefou après avoir été expulsées successivement de Saint-Herblain en avril 2015 et de Nantes début juillet 2015.

Depuis leur installation sur ce lieu, et après qu’une décision de justice ordonnant leur départ ait été prise le 28 juillet, le collectif romeurope de l’agglomération nantaise a demandé, en vain,  à la préfecture et à Nantes Métropole  qu’un projet soit fait pour et avec ces familles afin que cesse l’errance et toutes les ruptures qu’elle entraîne en termes de santé, de scolarisation, de maintien dans l’emploi.

Aujourd’hui, madame la maire de Carquefou qui déclarait (OF du 2 septembre) avoir l’assurance du  préfet que l’expulsion serait réalisée, avec pour objectif «l’éclatement du camp  sur l’ensemble de l’agglomération»,  perd patience et va même jusqu’à envisager d’utiliser le site de la mairie pour abriter une pétition  demandant l’expulsion des familles. Et ce, le jour même où le commissaire aux droits de l’Homme du conseil de l’Europe fait part au ministre de l’intérieur de ses inquiétudes sur les évacuations opérées sur le territoire Français qui ont concerné 11000 personnes (dont 40% d’enfants) en 2015,  et se dit préoccupé par le climat d’antitsiganisme qui touche la France.

En avril 2015, c’étaient des élus d’Indre, aidés de quelques citoyens qui faisaient entrave à la circulation pour empêcher  les familles expulsées de venir sur leur commune, aujourd’hui, c’est la maire de Carquefou  qui utilise le site de la mairie pour monter une partie de la population contre une autre. Et demain ?

Le collectif Romeurope dénonce une politique d’attente qui balance entre le pourrissement des situations  et/ou les expulsions violentes. Politique humainement et financièrement coûteuse, et qui risque de poser de graves problèmes en termes de vivre ensemble.

Le collectif Romeurope continue et continuera, aux côtés des habitants des bidonvilles,  d’interpeller les pouvoirs publics pour qu’une politique humaine et profitable à toutes et tous se mette enfin en place. Le collectif Romeurope rappelle la promesse de la présidente de Nantes Métropole de la tenue, avant fin 2015, d’une conférence des maires des 24 communes de l’agglomération pour initier une politique coordonnée au niveau de l’agglomération.

Enfin, fort de son expérience et de son expertise, le collectif Romeurope  se déclare prêt à participer à la mise en place d’une telle politique.

_____________________________________________________________________________

Le Collectif Romeurope  de l’agglomération nantaise est composé 

– d’associations de défense des Droits de l’Homme : LDH, MRAP, GASPROM-ASTI

– d’associations humanitaires : Médecins du Monde, CIMADE, CCFD-Terre Solidaire

– d’association d’éducation populaire : Ligue de l’Enseignement-FAL 44

– d’associations de solidarité : Romsi Indre, Soleil Roms Ste-Luce, Sol’Rom St-Herblain, Ame Sam Rezé, Solidaroms Vigneux, Treillières Solidaire, Avec Carquefou, Action Solidaire Orvault, Droujba Clisson, Solida-Roms-Bouguenais, Association Solidaire Roms Nantes Est, Citoyens Solidaires Montaigu, Solidarité Nantes centre, Cell’Accueil, ADIS Sautron,  Fraternité couëronnaise

– ainsi que de citoyens.
Il est indépendant de tout parti politique et non confessionnel.

Syrie : la crise des réfugiés en chiffres vue par Xavier

Parmi les milliers de personnes qui arrivent aux portes de l’Europe se trouvent notamment ceux qui ont dû fuir la guerre en Syrie. Voici quelques faits et chiffres qui rappellent pourquoi ces personnes n’ont pas  eu d’autre choix que de quitter leur foyer et quels sont leurs principaux pays d’accueil.

LES RÉFUGIÉS DANS LA RÉGION

Plus de 4 millions de réfugiés venant de Syrie (95 %) se trouvent dans seulement cinq pays, à savoir la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Irak et l’Égypte :

  • le Liban accueille près de 1,2 million de réfugiés venant de Syrie, ce qui représente environ une personne sur cinq dans le pays ;
  • la Jordanie accueille près de 650 000 réfugiés venant de Syrie, chiffre qui représente environ 10 % de la population ;
  • la Turquie accueille 1,9 million de réfugiés venant de Syrie, soit plus que tout autre pays au monde ;
  • l’Irak, où 3 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays au cours des 18 derniers mois, accueille 249 463 réfugiés venant de Syrie ;
  • l’Égypte accueille 132 375 réfugiés venant de Syrie.

Seuls 40 % du montant de l’appel de fonds lancé par l’ONU pour répondre aux besoins humanitaires des réfugiés syriens ont été obtenus.

Le manque de fonds signifie que les réfugiés syriens les plus vulnérables au Liban ne reçoivent que 13,50 dollars par mois soit moins d’un demi-dollar par jour pour l’aide alimentaire.

Plus de 80 % des réfugiés syriens en Jordanie vivent en dessous du seuil de pauvreté local.

LE CONFLIT EN SYRIE

La Syrie est dévastée par la guerre. Les combats se sont intensifiés dans presque tous les gouvernorats ces derniers mois. Près de 220 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit et 12,8 millions de personnes ont besoin d’urgence d’une aide humanitaire en Syrie. Plus de 50 % de la population syrienne est actuellement déplacée.

Les forces gouvernementales prennent délibérément pour cible des civils : elles bombardent des zones d’habitation et des installations médicales au moyen de tirs d’artillerie et de mortier, de barils explosifs et d’agents chimiques, tuant illégalement des civils. Des villes sont sous siège, et les populations se retrouvent encerclées et privées de nourriture, de soins et d’autres services de première nécessité.

Les forces de sécurité arrêtent arbitrairement des milliers de personnes. Certaines de ces personnes ont été soumises à une disparition forcée, d’autres à de longues périodes de détention ou à un procès inéquitable. Les forces de sécurité pratiquent la torture et d’autres formes de mauvais traitements sur les détenus, de manière systématique et en toute impunité ; selon les informations disponibles, des milliers de détenus sont morts des suites de torture ou en raison de conditions très dures.

Exigez la vérité sur les disparitions forcées en Syrie. Ecrivez au gouvernement syrien.  SIGNEZ

Les groupes armés non étatiques, qui contrôlaient certaines zones et en revendiquaient d’autres, bombardent de manière aveugle et assiégent des secteurs où se trouvent des populations civiles considérées comme favorables au régime. Certains, en particulier le groupe armé État islamique (EI), ont perpétré des attentats-suicides aveugles et d’autres attaques à l’explosif dans des zones civiles, et commis de nombreux homicides illégaux – ils ont notamment exécuté sommairement des personnes capturées et des opposants présumés.

RÉINSTALLATION À L’ÉTRANGER

Au total, 104 410 places d’accueil ont été offertes au niveau mondial depuis le début de la crise en Syrie, ce qui ne représente que 2,6 % de la population totale des réfugiés syriens au Liban, en Jordanie, en Irak, en Égypte et en Turquie.

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), 400 000 personnes dans les cinq principaux pays hôtes – soit 10 % – ont besoin d’être réinstallées.

Nous demandons instamment qu’au moins 10 % des réfugiés les plus vulnérables venant de Syrie soient réinstallés depuis les principaux pays hôtes d’ici la fin de 2016 (cela représente 400 000 personnes).

Vous aussi demandez « des visas pour les réfugiés »

5 REPÈRES SUR LA CRISE :

  • Les pays du Golfe, dont le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Koweït et Bahreïn, ont offert zéro place d’accueil pour les réfugiés syriens.
  • D’autres pays à hauts revenus tels que la Russie, le Japon, Singapour et la Corée du Sud ont aussi offert zéro place d’accueil.
  • L’Allemagne s’est engagée à offrir 35 000 places pour les réfugiés syriens par le biais de son programme d’admission humanitaire et de parrainages individuels, ce qui représente 75 % du total pour l’Union européenne (UE).
  • L’Allemagne et la Suède ont à elles deux reçu 47 % des demandes d’asile de Syriens en UE entre avril 2011 et juillet 2015.
  • Outre l’Allemagne et la Suède, les 26 autres pays de l’UE se sont engagés à offrir 8 700 places d’accueil, chiffre qui représente environ 0,2 % des réfugiés syriens se trouvant dans les principaux pays hôtes.

Soleil, musique, sympathisants et voilà un Pique-Nique réussit

Soleil, musiques, sympathisants et voilà un Pique-nique réussit.

Nous n’étions qu’une vingtaine mais la présence du soleil, l’agréable sensation du petit vent à l’ombre des grands arbres des bords de l’Erdre, les 1ers rythmes des musiciens à l’échauffement, nous ont permis de passer un bon moment lors de ce pique-nique de rentrée.

SONY DSCSONY DSC

Vue du groupe au moment du repas à l’ombre des arbres de Port Jean.
Les échanges par petits groupes vont bon train…

SONY DSC

Grande discussion entre élus sortants
et entrants.SONY DSC

On ne subit pas l'avenir, on le fait

%d blogueurs aiment cette page :